News

God save the King Charles III

King Charles III

Le samedi 6 mai 2023 a eu lieu en l’abbaye de Westminster, à Londres, le couronnement de Sa Majesté le Roi Charles III.

Lors de la cérémonie dirigée par l’archevêque de Canterbury et en présence de 2500 invités, Sa Majesté le Roi Charles III sera couronné aux côtés de la Reine Consort.

Le couronnement reflétera le rôle actuel du monarque et sera tourné vers l’avenir, tout en étant ancré dans des traditions et un apparat de longue date.

Ordre du service

Depuis près de mille ans, les couronnements ont lieu à l’abbaye de Westminster, et l’ordre du service s’inspire de cette longue tradition, centrée sur le thème liturgique « Appelé à servir » et sur le vœu solennel et l’engagement du Roi à servir Dieu et les peuples des nations et des royaumes.

L’office sera dirigé par l’archevêque de Canterbury, le très révérend et très honorable Justin Welby. Les chœurs de l’abbaye de Westminster et de la chapelle royale de Sa Majesté, au palais St James, avec des choristes du Methodist College de Belfast et du Truro Cathedral Choir, ainsi qu’un octuor du Monteverdi Choir, chanteront. La musique pendant l’office est dirigée par Andrew Nethsingha, organiste et maître des choristes de l’abbaye de Westminster.

Les chefs religieux et les représentants des communautés religieuses traverseront l’abbaye de Westminster avant le service, suivis par les représentants des royaumes du Commonwealth.

Leurs Majestés entreront dans l’abbaye de Westminster par la Grande Porte Ouest, après quoi le chœur chantera « I was glad » de Hubert Parry, composé pour le couronnement du roi Édouard VII. Leurs Majestés arriveront aux Chairs of Estate dans le Coronation Theatre, où le Roi sera accueilli par le plus ancien choriste de la Chapelle Royale de Sa Majesté. L’histoire de cette salutation est ancrée dans l’ordination et la consécration des membres du clergé, où l’inclusion d’une jeune personne symbolise le regard vers l’avenir. Le Roi aura ensuite un moment personnel de prière silencieuse, comme l’a fait la Reine Elizabeth II en 1953.

L’archevêque de Canterbury saluera ensuite l’assemblée depuis le maître-autel, lui souhaitant la bienvenue. Le chœur, rejoint par Sir Bryn Terfel, chantera le « Kyrie », qui sera chanté en gallois pour la première fois.

Vient ensuite la reconnaissance, un élément ancien du service du couronnement, au cours duquel le roi est reconnu comme le véritable monarque. Sa Majesté se tournera vers chacun des quatre points cardinaux pour être reconnue : à l’est, par l’archevêque de Canterbury ; au sud, par Lady Eilish Angiolini, une dame de l’Ordre du Chardon ; à l’ouest, par Christopher Finney, un titulaire de la Croix de George, et au nord, par la baronne Amos, une dame de l’Ordre de la Jarretière. Chaque reconnaissance sera marquée par une fanfare.

Le modérateur de l’Assemblée générale de l’Église d’Écosse remettra au roi la Sainte Bible. La nouvelle Bible a été commandée pour le service par le Palais de Lambeth. Sa Majesté prêtera ensuite serment et signera les exemplaires présentés par le Lord Chamberlain, tandis que le chœur chantera un hymne de William Byrd. Après avoir prêté serment, le roi s’agenouillera devant le maître-autel et priera à haute voix. Les paroles de la prière de Sa Majesté ont été inspirées par l’hymne « I vow to thee, my country », dans la continuité du thème du service. Le chœur chantera ensuite un « Gloria », également de William Bryd, encadrant la prière de Sa Majesté.

L’archevêque de Canterbury prononcera la Collecte, spécialement écrite pour le service du couronnement, avant que le Premier ministre, le très honorable Rishi Sunak MP, ne fasse la première lecture de l’Épître aux Colossiens. Le chœur chantera l' »Alleluia », nouvellement commandé par Debbie Wiseman, tandis que l’évangéliaire de Saint Augustin, datant du sixième siècle, sera porté dans la Nef. L’Évangile sera ensuite lu par l’évêque de Londres et doyen des chapelles royales de Sa Majesté, la Révérende et très honorable Dame Sarah Mullally, marquant ainsi la première participation active d’une femme évêque de l’Église d’Angleterre à un service du couronnement. La chorale gospel de l’Ascension chantera un deuxième Alleluia, de Debbie Wiseman, et l’archevêque de Canterbury prononcera le sermon. Leurs Majestés s’agenouilleront ensuite devant les chaires d’apparat tandis que la chorale entonnera le Veni, Creator Spiritus, chanté en anglais, gallois, gaélique écossais et irlandais.

L’archevêque anglican de Jérusalem, qui était présent lors de la consécration de l’huile chrismale au début de cette année, recevra l’ampoule contenant l’huile au maître-autel, qui sera bénie par l’archevêque de Canterbury. Leurs Majestés retireront leurs robes d’État et le Roi s’assiéra dans le fauteuil du couronnement, sur le dallage Cosmati. Le paravent de l’onction, nouvellement fabriqué pour le service et inspiré par la fenêtre de la Chapelle royale de Sa Majesté, sera mis en place autour de la chaise par les gardes de la Household Division. L’onction, la partie la plus solennelle et la plus sacrée de l’office, a lieu pendant que le chœur chante « Zadok the priest » de Haendel, qui a été composé pour le couronnement du roi George II en 1727 et qui est devenu synonyme de telles occasions. L’archevêque de Canterbury, assisté du doyen de Westminster et de l’archevêque d’York, oindra les mains, la poitrine et la tête du roi. Ensuite, le roi s’approchera du maître-autel et s’agenouillera, et l’archevêque de Canterbury priera.

Pour l’investiture, le roi sera revêtu du Colobium Sidonis, une tunique de lin blanc, de la Supertunica, un manteau d’or à manches longues, et du ceinturon de l’épée du couronnement. Sa Majesté s’assiéra sur la Chaise du Couronnement pendant que les éléments du costume d’apparat lui seront présentés ; tout d’abord, les éperons, portés par le Grand Chambellan.

L’ensemble de chant byzantin chantera en grec, en hommage au père de Sa Majesté, le prince Philip, feu le duc d’Édimbourg, tandis que l’épée d’État sera échangée contre l’épée d’offrande par le Lord président du Conseil, The Rt Hon Penny Mordaunt MP. L’épée d’offrande, qui symbolise la protection du bien et la punition du mal, sera remise à l’archevêque de Canterbury et placée dans la main droite du roi. Le roi se lèvera et l’épée sera attachée à la taille de Sa Majesté à l’aide de la ceinture de l’épée. Le roi offrira l’épée à l’autel, où elle sera reçue par le doyen. L’épée sera ensuite rachetée par l’offrande de 100 pièces de 50 pence nouvellement frappées, par le Lord President of the Council, qui la portera devant le Roi pour le reste de l’office. Traditionnellement, l’épée est offerte à l’abbaye de Westminster en paiement de l’accueil d’un service de couronnement, et échangée contre un paiement symbolique.

Lord Kamall remettra au roi les armilles, traditionnellement appelées « bracelets de la sincérité et de la sagesse », la robe royale, apportée par la baronne Merron, et l’étole royale, présentée par Son Altesse Royale le Prince de Galles. Sa Majesté sera ensuite investie et s’assiéra à nouveau sur la Chaise du Couronnement. L’orbe, symbole du monde chrétien, sera placé dans la main droite du roi par l’archevêque de Canterbury, avant d’être replacé sur l’autel, et l’anneau du souverain sera remis par Lord Patel. Le gant du couronnement sera présenté par Lord Singh, et le Roi le placera sur la main droite de Sa Majesté. Le sceptre à croix, symbole de pouvoir et de justice, et le sceptre à colombe, symbole d’équité et de miséricorde, seront apportés de l’autel par le Primus de l’Église épiscopale écossaise et l’archevêque du Pays de Galles, et placés dans les mains droite et gauche du Roi par l’archevêque de Canterbury.

Pour le couronnement, le doyen de Westminster remettra la couronne de saint Édouard à l’archevêque de Canterbury, qui prononcera une bénédiction avant que Sa Majesté le Roi ne soit couronné. L’archevêque dirigera l’assemblée de l’abbaye de Westminster en disant « God save The King » (Dieu protège le roi). Les cloches de l’abbaye sonneront pendant que des salves d’armes à feu seront tirées en signe de célébration sur Horse Guards Parade, à la forteresse de Sa Majesté, la Tour de Londres, et aux stations de salut dans tout le Royaume-Uni, à Gibraltar, aux Bermudes, et sur les navires de Sa Majesté en mer. Dans l’abbaye de Westminster, la fanfare des Wiener Philharmoniker sera jouée par l’ensemble de cuivres du couronnement, à la demande du roi. Sa Majesté sera ensuite bénie par les dirigeants œcuméniques.

Le chœur chantera un hymne de Thomas Weekles, suivi de l’intronisation. Le Roi, escorté par les archevêques de Canterbury et d’York, et assisté des évêques de Bath et Wells, et de Durham, sera intronisé. Les grands officiers d’État se rassemblent derrière la chaise du trône de Sa Majesté.
L’hommage sera rendu par l’archevêque de Canterbury et le prince de Galles. L’hommage du peuple suivra, donnant l’occasion à ceux qui le souhaitent de s’exprimer au cours de l’office et à ceux qui sont chez eux d’avoir une chance de faire partie de la congrégation de l’abbaye de Westminster, s’ils le souhaitent, que ce soit par un moment de réflexion silencieuse, en disant « God save King Charles » à la fin, ou en suivant les mots de la liturgie. Une fanfare retentira et le chœur chantera un hymne arrangé par John Rutter pour le couronnement du roi George VI.

L’hommage est suivi du couronnement de la Reine. Sa Majesté s’agenouillera à son siège pour recevoir l’onction de l’archevêque de Canterbury. L’anneau de la Reine sera présenté à Sa Majesté par le gardien de la Maison des joyaux, et Sa Majesté sera couronnée par l’archevêque avec la couronne de la Reine Marie. L’ancien évêque de Londres, Lord Chartres, et l’évêque de Douvres, Rose Hudson-Wilkin, remettront à Sa Majesté le sceptre de la Reine avec la croix et le bâton de la Reine avec la colombe. Escortée par les archevêques de Canterbury et de York, les évêques de Hereford et de Norwich et les compagnons de la Reine, Sa Majesté sera intronisée. Un nouvel hymne, « Make a joyful noise », composé par Andrew Lloyd Webber, sera chanté par le chœur.

Leurs Majestés se rendront dans le sanctuaire et retireront la couronne de saint Édouard et la couronne de la reine Marie, avant de retourner aux chaires de la succession pour la communion. Le Roi recevra le pain et le vin, qui seront utilisés pour le Saint Sacrement. L’hymne « Christ is made the sure foundation » sera chanté par l’assemblée, sur l’air de l’Abbaye de Westminster. Reflétant la dévotion du roi pour la liturgie traditionnelle de l’Église d’Angleterre, le pain et le vin de communion seront consacrés selon le Book of Common Prayer, dont la formulation a également été utilisée lors du couronnement de la reine Élisabeth II. Le « Sanctus » sera chanté, composé pour le service par Roxanna Panufnik.

L’archevêque de Canterbury dirigera le Notre Père, que l’assemblée est invitée à prononcer dans la langue de son choix, en guise d’acte de culte. Le chœur chantera ensuite un « Agnus Dei » nouvellement commandé, un moment de réflexion dans le service, au cours duquel Leurs Majestés recevront la Sainte Communion. L’Amen sera chanté par le chœur, sur l’air d’Orlando Gibbons qui fut également chanté lors du couronnement en 1953.

Pendant que l’assemblée chantera l’hymne « Louez, mon âme, le Roi des cieux », Leurs Majestés entreront dans le sanctuaire de Saint Édouard le Confesseur avant la fin de l’office. Le chœur chantera un hymne de William Boyce, composé pour le couronnement du roi George III en 1761, et le Te Deum, écrit pour le couronnement de la reine Élisabeth II.

Une fanfare retentira lorsque le Roi, portant la couronne d’État impériale, suivi de la Reine, portant la couronne de la Reine Mary, sortiront du sanctuaire et rejoindront le cortège du couronnement qui quittera l’abbaye de Westminster pendant que l’hymne national sera chanté.

Après le service du couronnement, à la Grande Porte Ouest, le Roi sera accueilli par cinq chefs religieux et les gouverneurs généraux des royaumes. Leurs Majestés quitteront ensuite l’abbaye de Westminster dans le carrosse d’État en or pour se rendre au palais de Buckingham.

https://www.royal.uk/